Arshile Gorky

Dans les années 40, Gorki a montré son nouveau travail à André Breton et, après avoir vu ses nouvelles peintures, et plus particulièrement « Le foie est la tête du coq » (The Liver is the Cock’s comb), Breton a déclaré l'oeuvre du peintre comme étant « l'un des tableaux les plus importants réalisés en Amérique ». Il a déclaré que Gorki était un surréaliste, ce qui était le plus beau compliment possible, provenant de Breton. Le tableau a été exposé dans l'exposition finale des surréalistes à la Galerie Maeght, à Paris, en 1947.

Michael Auping, conservateur au Musée d'Art Moderne de Fort Worth, a vu dans le tableau « Taut Sexual Drama », des allusions nostalgiques du passé arménien de Gorki. Ce tableau de 1944 montre l’émergence dans les années 1940 de l'influence de Cézanne et Picasso et c'est probablement son plus grand tableau en termes de format. Il a plus de six pieds de haut et huit pieds de large. Il représente « un paysage abstrait rempli de plumes aquatiques de couleurs semi-transparentes qui s'unissent autour d'épines, peintess en fines lignes noires, pointues, comme pour suggérer becs et griffes ».

Cette période de pointe dans l'œuvre de Gorki a été écourtée et ses dernières années ont été remplies d’immenses douleurs et de chagrins. Son studio a brûlé, il a subi une colostomie pour le cancer, son cou a été brisé et son bras temporairement paralysé dans un accident de voiture. Sa femme l'a quitté en gardant leurs enfants avec elle. Gorki s’est finalement pendu à Sherman dans le Connecticut, en 1948, à l'âge de 44 ans. Il est maintenant enterré au cimetière du Nord de Sherman. Sa fille, Maro Gorky, peintre elle aussi, s’est mariée avec Matthew Spender, le fils de l'écrivain britannique Sir Stephen Spender.

« La contribution de Gorki à l'art américain et mondial est difficile à estimer parce que son travail en tant qu’abstraction lyrique était un nouveau langage. »

Il a ouvert la voie à deux générations d'artistes américains. La spontanéité picturale et la maturité des œuvres comme « Le foie est la tête du coq ». « Les Fiançailles II » (The Betrothal II), et « One Year The Milkweed » représentent un expressionnisme abstrait immédiatement préfiguré et c'est pourquoi les dirigeants de l'école de New York ont reconnu à Gorki une influence considérable.

Mais son œuvre est une réussite phénoménale par elle-même. La synthèse, le surréalisme, les couleurs sensuelles et la picturalité en font son propre vocabulaire formel très personnel. Ses peintures et ses dessins sont accrochés dans tous les grands musées d'art américains, y compris la « National Gallery of Art », le « Museum of Modern Art », « l'Art Institute of Chicago », le « Metropolitan » et le « Whitney Museum of American Art » à New York qui conserve une archive Gorki, et dans le monde entier, y compris à la « Tate Gallery » de Londres.

Un certain nombre de traductions en anglais des lettres prétendument écrites par Gorki en arménien à ses sœurs sont désormais considérées comme des contrefaçons produites par Karlen Mooradian, un neveu de Gorki, dans les années 1960 et 1970, en particulier celles exprimant des sentiments nationalistes. Les lettres décrivent souvent une mélancolie et expriment la solitude et le vide, la nostalgie du pays, tout en rappelant amèrement et vivement les circonstances de la mort de sa mère. Le contenu des lettres falsifiées a fortement influencé les auteurs de livres écrits sur Gorki et son art durant les années 1970 et 1980.

En juin 2005, la famille de l'artiste a créé la Fondation Arshile Gorky, un organisme sans but lucratif créé pour promouvoir l'appréciation du public, sa compréhension de la vie et les réalisations artistiques d’Arshile Gorky. La fondation travaille sur un catalogue du travail de l'artiste. En octobre 2009, la fondation a relancé son site Web pour fournir des informations exactes sur l'artiste, dont une biographie, une bibliographie, une histoire de ses expositions et la liste des sources d'archives. Tojours en octobre 2009, le « Philadelphia Museum of Art » a organisé une importante exposition Arshile Gorky : « Arshile Gorky : A Retrospective ». Le 6 juin 2010, une exposition du même nom s'est ouverte au Musée d'Art Contemporain (MOCA) de Los Angeles.

À propos de l'auteur

Arts3 Network

Chroniqueur - présentement à la recherche de colaborateur