Pollock

Pendant les années 1940 l’approche radicale de Jackson Pollock à la peinture à révolutionné le potentiel de tout l’art contemporain qui suivait. Dans une certaine mesure, Pollock s'est rendu compte que le voyage vers la réalisation d’une œuvre d'art est aussi important que l'œuvre d'art elle-même.

En un sens, les innovations de Jackson Pollock, Willem de Kooning, Franz Kline, Mark Rothko, Philip Guston, Hans Hofmann, Clyfford Still, Barnett Newman, Ad Reinhardt, Richard Pousette-Dart, Robert Motherwell, Voulkos Peter et d'autres ont ouvert la porte à la diversité, et mis à la portée de tous l'art qui les a suivi. Les nouveaux mouvements artistiques des années 1960 ont essentiellement suivi l'exemple de l'expressionnisme abstrait et en particulier les innovations de Pollock, De Kooning, Rothko, Hofmann, Reinhardt et Newman.

«Le terme a été inventé par le critique américain Harold Rosenberg en 1952 et a marqué un changement majeur dans la perspective esthétique des peintres de l’École de New York et de la critique. »

Les radicaux anti-formalistes, mouvements des années 1960 et 1970, y compris Fluxus, Néo-Dada, l'art conceptuel et le mouvement féministe peuvent être attribués aux innovations de l'expressionnisme abstrait. Le style était très répandu à partir des années 1940 jusque dans les années 1960, et est étroitement associé à l'expressionnisme abstrait. Certains critiques ont utilisé les termes « action painting » et « expressionnisme abstrait » de manière interchangeable. Une comparaison est souvent faite entre « l'action painting >» américain et le tachisme français.

Selon Rosenberg la toile était «une arène dans laquelle agir». Un autre artiste important, Franz Kline, a été appelé un peintre d'action en raison de son style en apparence spontané et intense, se concentrant moins, ou pas du tout, sur les visages ou les images, mais plus sur les coups de pinceau réels et l'utilisation de la toile. Robert Motherwell dans son Elégie à la République espagnole a également peint des séries puissantes de peintures en noir et blanc, en utilisant le geste, la surface et le symbole, pour évoquer de puissantes charges émotionnelles.

Les peintures de James Brooks étaient particulièrement poétiques et très prémonitoires par rapport à l'abstraction lyrique qui est devenue importante dans les années 1960 et 1970.

À propos de l'auteur

Arts3 Network

Chroniqueur - présentement à la recherche de colaborateur